Saison 8 Episode 01 "Secrets That I Never Want to Know"

09 930 000 téléspectateurs [3.2]

 2 ETOILES

8x01 #2

Un sourire admirateur et un regard ébahi, voilà ce qui pourrait caractériser mon état en visionnant l'ouverture de cette ultime saison de Desperate Housewives. Les cinq premières minutes de l'épisode, accompagnées d'une nouvelle soundtrack plus sombre et plus frissonante que jamais, étaient captivantes. Le discours de Bree était prenant et n'était pas sans rappeler celui qu'elle tenait lors de la dissimulation de la voiture d'Andrew dans la saison un alors que ce dernier venait de renverser la mère de Carlos. Là encore, la tension était à son comble. Le coté noir et sanglant de la série a brusquement resurgi. Mais on aurait été bien bête d'y croire! La tension redescend considérablement au fils de l'épisode. Et je dois avouer que malgré les scènes burlesques qu'il nous offre, j'ai une sensation de trop peu. Car que sait-on de plus sur l'histoire personnelle de chaque personnage qu'on ne savait déjà en fin de saison dernière? C'est peut être parce que l'épisode tourne principalement autour du meurtre d'Alejandro mais rien n'avance véritablement. Même le nouveau voisin n'attise pas notre intérêt, il n'est même pas invité au ANNUAL BIG BARBECUE des Solis (Ou on compte moins de 10 invités?) et ne servira pas à grand chose si ce n'est à éviter de faire tomber Renée dans l'oublie. On tente donc la carte du burlesque, une carte qui sera maladroitement utilisée. On ne compte pas les fois où les idées sont présentes et même plutôt bonnes, très bonnes, mais où la crédibilité des personnages en prend un coup. Il n'y a que dans une sitcom qu'un flic ne verrait pas que Gabrielle et Bree ont quelque chose à se reprocher durant la scène de la voiture. C'est bien ça le problème, Desperate Housewives n'est pas une sitcom.

Bon (comme souvent) j'ai tendance à parler des points faibles des épisodes de la série. Mais j'ai tout de même passé un moment fort agréable à visionner cet épisode. La scène du car-jacking reste tordante même si bancale elle est, Susan et Gabrielle m'ont décroché quelques sourires, et Felicity Huffman nous a prouvé (une fois de plus) qu'elle grande actrice elle est avec la période boulversante que Lynette traverse. J'avais peur que les scénaristes fassent deux pas en arrière durant cet épisode! Quand Tom s'est mis à évoquer l'éventuelle possibilité de recoller les morceaux et d'aller voir un conseiller conjugal, j'ai failli rejoindre feux Beth, Edie, et Mary Alice! D'ailleurs, parlons en, tiens! de ce qui se révèle être un parfait cliffhanger. Surpenant est très certainement le terme approprié! Décidement, les scénaristes ont des couilles ces derniers temps. Je suis réellement impatient de voir la suite et j'espère que ce formidable rappel au source attirera les fans de la série qui, il faut l'avouer, se font bien rares...

8x01 #1

Ce qui veut dire? Malgré un coté à la fois sombre et léger, ce season premiere me laisse un goût amère en travers de la gorge. On tire des ficelles un peu trop grosses, et ça en devient génant. Toutefois, la série ne me lasse pas et parvient en fin d'épisode à relancer l'intérêt qu'on lui porte. Un épisode qui sert de mise-en-bouche, donc. Pour moi, tout se jouera veritablement la semaine prochaine.